Habiter à Beaulieu : du rêve d’un éco-quartier à la réalité…

Dernière mise à jour : 27 avr.




Le 22 mars 2022, le Conseil Municipal a voté pour la construction de 500 nouveaux logements à Beaulieu. Monteux Citoyens a voté contre. L’argument mis en avant dans la présentation du dossier a été l’octroi d’une enveloppe de 750 000 € par l’État dans le cadre du programme France Relance. Monteux ne fait pas partie des communes en tension démographique interne ; les logements créés sont très souvent à destination de populations extérieures à la commune.

Le Conseil de la communauté d’agglomération des Sorgues du Comtat a voté, le 21 mars 2022, un accord d’une garantie d’emprunt pour la réalisation d’une opération de 63 nouveaux logements sociaux HLM qui s’ajoutent aux autres déjà prévus.



Le chantier interminable de la zone de Beaulieu, ses malfaçons voyantes auxquelles s’ajoutent les premiers problèmes de délinquance survenus depuis un an déjà, sont les indices d’un projet non maîtrisé et loin de réaliser les attentes qualitatives promises pour ce quartier situé en périphérie à 4 km du centre-ville.


Autant de moyens mobilisés sur l’agenda municipal et communautaire, d’argent dépensé depuis bientôt quinze ans pour en arriver là, sans compter la destruction irréparable de l’éco système d’origine, des habitats et de la micro faune. Difficile à croire.


Quelle vision de la vie ont ces « entrepreneurs d’éco-quartier » ? D’abord celle présente initialement dans ces espaces naturels et par la suite celle des populations importées dans ce lieu. Le programme de constructions signés ce 22 mars doit répondre à une contrainte de densité de 0,8 (surface de plancher sur surface de terrain). C’est donc très contraint pour cet ensemble de logements et leurs futurs habitants. Il suffit de se promener sur place (voir photo) pour comprendre la physionomie du quartier si on multiplie ce genre de constructions sur plusieurs hectares.




Des richesses incommensurables - les montants mobilisés s’élèvent en dizaines de millions d’euros depuis 2008 -, ont été prélevées tant sur les finances de la commune, sur celles de la communauté de communes, que sur celles de la région et de l’État pour être « investies » sur ces champs. Cette mine à ciel ouvert - une mine d’or pour les promoteurs immobiliers - où le ballet des engins de construction se succède, est une démonstration année après année, que la gabegie d’argent public peut se poursuivre sans que les auteurs de ce projet n’aient la perspicacité de stopper le ratage actuel pour le reconvertir en autre chose. Peut-être n’en ont-ils plus la possibilité tant la spirale de la dette les étrangle ? Le transfert de la gestion de cette dette en 2019 à la SPL 84 (société publique locale gérée par le département) ne les laissent-ils plus souverains en leurs terres ?


Tous les voyants signalant un archaïsme de gestion sont au rouge :

- des budgets non maîtrisés et des risques financiers logés dans diverses structures liées par des contrats qui ne se dénouent pas.

- des alignements de bâtiments où les matériaux ne sont pas éco sourcés (le projet avait l’intention initiale d’être Eco quartier),

- des élus sollicités uniquement pour voter des enveloppes financières sans jamais être tenus au courant des cahiers des charges ni des niveaux d’exigence environnementale fixés, ni des malfaçons ni de l’absence de coordination dans la résolution des problèmes.

- Pour l’usager, des populations souvent peu fortunées, habiter un logement à cet endroit là nécessite de disposer d’un véhicule individuel compte tenu de l’éloignement de cette zone située en bordure de voie rapide.

- La poursuite des constructions motivées désormais par l’effet d’aubaine des subventions liées au plan de relance du gouvernement.



Ainsi, des blocs de logements sont alignés pour des populations nouvelles à Monteux mais qu’en est-il de la création de filières productives sur cette zone ? Où sont les appels à projet ? Où sont les partenariats autour de filières innovantes et porteuses d’emplois ? Où est le secteur d’éco conception ? Celui de l’utilisation de matériaux biosourcés ? Celui développant des énergies renouvelables et de récupération permettant de produire et d’auto consommer ? Et s’agissant de la production alimentaire, celui de l’agroforesterie et de l’agro écologie ?


La finalité ultime de ce grand ensemble immobilier semble être pour la commune le jeu financier de la chasse aux subventions et de remboursement de la dette sans rechercher la cohérence avec le développement harmonieux et innovant que l’ensemble des habitants de la commune serait en droit d’attendre.


La dilution des responsabilités sur Beaulieu est telle que personne ne se considère réellement responsable sauf celui qui engage ses équipes dans cette marche forcée.


Qui face à ce vaste terrain « d’opérations spéciales » serait en mesure de dire la quantité de logements livrés à ce jour et quelle serait la limite fixée s’il y en a une d’ailleurs ?


Tout ceci, tant dans sa forme actuelle que dans sa trajectoire, n’a pas de sens si ce n’est celui d’accumuler de potentiels problèmes comme une petite délinquance qu’on retrouve dans ces quartiers à haute densité d’habitations.


C’est pour l’ensemble de ces raisons, que Monteux Citoyens a voté CONTRE la subvention du plan de relance. Une accélération de cette politique d’urbanisation dense dans ce quartier en devenir est très probablement une bombe à retardement pour notre commune qu’il faudra régler à l’horizon 2030…




457 vues0 commentaire