Pour mijoter un « bon » budget à la Montilienne sauce Majorité.

Mis à jour : avr. 23


NB : Cette recette est le fruit d'expériences répétées de popote municipale.


Ingrédients : Monteux, impôts et taxes, subventions et dotations, beaucoup d'emprunts et surtout investissements immobiliers.


Après avoir attrapé la bête = le budget, aux élections municipales, la découper en plusieurs morceaux : un budget de la ville dit « principal » et autant de budgets annexes que possible.


Ajouter de l'emprunt aux taxes puis réserver le budget principal, sans grand intérêt stratégique et moins sensible à l’enfumage.


Travailler vigoureusement et méticuleusement les budgets annexes pour exploiter le domaine privé de la collectivité et parvenir à en désosser progressivement les terres agricoles.


Pour concocter l'appareil, ne pas lésiner sur l'investissement immobilier. Pour cela affecter les dotations de la région, de l'Etat et la capacité d'endettement de la commune sur des projets de promotion immobilière. Après tout, plus on est de fous plus on riz...


Pour faire monter la préparation, incorporer des additifs de synthèse par exemple, quelques attractions ou centre commercial, en ajoutant des ressources et la garantie de la Communauté de Communes (CCSC) grâce à la présence du même cuistot en chef aux fourneaux. Enfin, saupoudrer d'un peu d'écoquartier pour un rendu visuel lisse et vert.


Alléger la sauce en transférant transitoirement certaines dettes de la CCSC à la Société Publique Locale Territoires 84. Attention cette manipulation si elle en améliore l'apparence, n'en enlève toutefois pas l'amertume !


Servir au Conseil Municipal sans discuter du sens profond des chiffres, de l'impact à long terme pour la communauté dans un contexte global difficile. Garder les yeux fixés sur la dernière ligne des tableaux de Comptes Administratifs.


Avaler.


Une cuisine alternative est possible. A table avec Monteux-Citoyens !

121 vues0 commentaire

Posts récents

Voir tout