top of page

Végétaliser sans l’ombre d’un doute.

Dernière mise à jour : 3 sept. 2023


La désimperméabilisation des cours d'écoles, débutée en 2022, s'est imposée comme l'emblème de la politique de transition écologique de la municipalité dans les années 2020, tout comme l’a été l'idée d'écoquartier dans les années 2010 pour rendre acceptable le développement commercial et immobilier sur la plaine de Beaulieu.


Cette « végétalisation des cours d’école », utilisée comme une caution écologique, a récemment fait l'objet d'une large publicité alors que les projets immobiliers se poursuivent avec le soutien actif de la commune. On a l'impression que la disponibilité des terrains n'a pas de limite. Le rythme ne ralentit pas et chaque conseil municipal apporte de nouvelles zones d'aménagement à approuver.


Notre commune de Monteux, anciennement rurale et riche en terres cultivables, ne dispose malheureusement d'aucun massif forestier à proximité qui pourrait servir d'échappatoire pour les habitants pendant les périodes de forte chaleur. Le village, déjà très minéral, a vu l'ajout de zones pavillonnaires successives, accentuant ainsi cette particularité. Étant donné l'absence d'un poumon vert historique, il incombe aux dirigeants de la commune de créer des espaces verts et des ceintures vertes en divers points de la ville. Il s'agit de mesures d'atténuation et d'adaptation que les autorités locales doivent mettre en œuvre pour faire face au changement climatique et à un scénario de réchauffement de 4°C d'ici la fin du siècle. Nous parlons ici de mesures préventives à moyen terme, relevant de l'initiative de tout gouvernement local qui possède la capacité d'anticiper les évolutions mondiales qui ne ménageront ni son territoire ni ses administrés. Il n'est plus question de réagir en urgence lorsque la situation est déjà gravement compromise.




1 – L'importance de la végétalisation en milieu urbain – Des mesures d’atténuation face au changement climatique.


Les arbres jouent un rôle clé dans la création d'espaces publics attrayants et bien entretenus, qui contribuent à renforcer l’attractivité d’une ville et les valeurs démocratiques qui l’animent : c’est à dire une ville agréable à vivre pour tous et pas uniquement pour les plus riches qui disposeraient d’espaces verts privés. En plus de leur aspect esthétique, les arbres offrent de nombreux avantages pour les habitants. En période chaude, les arbres fournissent une protection contre le rayonnement solaire, réduisent la température, offrent une ombre portée et limitent l'effet d'éblouissement. Ils créent des îlots de fraîcheur qui sont particulièrement importants dans les cours d'écoles, où les enfants passent de longues périodes en plein air. Il est démontré scientifiquement qu'un arbre offre une efficacité de refroidissement équivalente à celle de cinq climatiseurs.




Toutefois, une vraie végétalisation des cours d'écoles devrait n’être qu’un point de départ pour une action à déployer à l’échelle du territoire de la commune, ceci afin d’atténuer l’effet de concentration de chaleur apporté par la masse des constructions neuves et des Zones d’Aménagements Concertées couvrant des dizaines d’hectares par des matériaux bitumineux.




2 – Les projets prioritaires à réaliser.


La végétalisation des cours d'écoles et des espaces publics constitue un enjeu majeur pour notre ville et pour offrir aux enfants un environnement plus propice aux apprentissages. L’idée est donc bonne mais comment est-elle concrètement mise en place à Monteux ?


La rénovation du sol de la cour de l'école M. Pagnol est désormais terminée, malheureusement, nous ne constatons que peu de changements significatifs en termes de présence d'arbres, malgré les investissements conséquents réalisés pour la végétalisation (contributions financières de l'État, de la région et du département pour ce projet). L'ombre procurée reste limitée par rapport à l'espace de la cour. De manière curieuse, les arbres les plus intéressants se trouvent à l'extérieur de l'enceinte de l'école.




Cour de l'école Pagnol après la finalisation du projet de végétalisation. Les arbres préexistants sont soumis à une taille sévère. Une plantation d‘un arbre jeune est visible du côté gauche. Peu d'ombre est générée dans l'ensemble.





Les mêmes tailles sévères qu'auparavant sont appliquées, ce qui limite considérablement le développement des zones ombragées. Cette situation est la même, que ce soit pour une cour récemment rénovée ou pour des cours plus anciennes.


Afin de rester cohérents avec les objectifs du programme de végétalisation, un changement de ces pratiques de taille ne serait-il pas judicieux ? La présence des arbres doit apporter une véritable surface ombragée et de la fraîcheur. Opter pour une taille d'entretien progressive et modérée, permettant à l'arbre de développer sa silhouette naturelle, transformerait certains secteurs de la cour en véritables oasis de fraîcheur. Cette modification des pratiques fait partie des mesures d'adaptation nécessaires dans notre ville, compte tenu de l'augmentation générale des températures qu’il faut anticiper.

Les photos ci-dessous témoignent de cette situation. Une modification des pratiques de taille, si elle était mise en place, apporterait de réels avantages, à condition que l'information et la prise de conscience parviennent jusqu'aux services d'entretien.


Cour de l'école maternelle Béraud. Les arbres anciens sont taillés de manière très sévère et ne produisent pratiquement aucune ombre.







Nous souhaitons inclure dans cette observation la cour du collège, même si son entretien ne relève pas des services municipaux. Nous prenons en compte l'ensemble des infrastructures publiques de la commune dans notre réflexion.





La cour du collège Silve est dans une situation similaire avec des arbres matures soumis à des coupes identiques. Aucune ombre n'est projetée sur les bâtiments de classe. Le préau à gauche se trouve le long du gymnase.




Il serait également urgent de revoir l'aménagement végétal de la cour de l'école Lucie Aubrac, étant donné l'absence remarquable de zones ombragées, alors même que ce lieu est fréquenté tout l'été par le centre de loisirs.





La cour de l’école Lucie Aubrac accueille les enfants du centre de loisirs pendant l'été, pourtant cette infrastructure scolaire est fortement déficitaire en espaces ombragés.




3 – La réflexion d’ensemble à l’échelle d’une ville.


S’agissant des espaces verts extérieurs aux bâtiments scolaires, exception faite du petit parc Bellerive, la commune n’a pas hérité de parcs historiques. Ceux qui ont été créés en bordure des quartiers de logements récents proposent une végétation assez ténue : une pelouse et quelques arbres à la silhouette chétive, qui ne modifient pas le caractère minéral de ces vastes quartiers d’habitations. Il s’agit notamment du parc du colonel Beltrame et de celui du Château d'eau, où les zones d’ombre peinent à s’imposer.


Quant aux infrastructures sportives extérieures accessibles gratuitement pour les jeunes, leur nombre est très restreint par rapport à la population de la ville. Il est impératif de créer de nouveaux espaces tels que des City Parcs, des terrains de basket et d'autres aires de jeux sécurisées afin de répondre aux besoins des jeunes enfants et adolescents.


Il convient également de souligner que Monteux adopte des règles strictes d'accès aux stades municipaux, qui sont privatisés au profit des associations utilisatrices. Cela peut se comprendre pour différentes raisons mais les habitants n'ont pas la possibilité d'utiliser d’infrastructures pour une pratique sportive libre sans adhérer à une association ou verser des frais. Il est important de noter que la règle générale en France, et dans toutes les villes, est que les stades soient accessibles gratuitement aux sportifs individuels souhaitant utiliser les installations extérieures telles que les pelouses et les pistes de course.


La ville de Monteux doit opérer une réflexion approfondie sur l'aménagement de ses espaces verts, en considérant l'ensemble de son territoire et non pas seulement quelques artères principales. Elle doit s'affirmer en tant qu'espace de vie agréable et propice au bien-être de ses habitants. En effet, les parcs et espaces verts jouent un rôle crucial en favorisant le lien social, en améliorant la santé mentale et physique des résidents et en promouvant une vie citoyenne active.


Pour cela, il est nécessaire d'adopter une approche plus responsable dans le développement urbain. Plutôt que de se précipiter pour lotir chaque parcelle disponible, il est primordial de préserver des espaces non construits, ce qui apporte une valeur ajoutée qualitative à l’ensemble d’un quartier. Le Plan Local d'Urbanisme (PLU) ne nous contraint pas à dévaster et à construire jusqu'au dernier mètre carré. Ignorer cette réalité relève d'une pensée à court terme qui présente plus d'inconvénients que d'avantages.



Un espace qui avait résisté au milieu d’un quartier d’habitations anciennes. Cet espace aurait dû être converti depuis longtemps en un parc avec des essences diverses plantées. Au lieu de cela, des permis de construire ont été octroyés et les travaux ont démarrés fin décembre 2021 (quartier Ribas), dégradant d’autant l’environnement direct des habitants des immeubles et maison alentours.




Une qualité de vie perçue comme "moyenne" conduit les habitants à passer sans s'attarder et entraîne un fort renouvellement de population, ce qui nuit à la cohésion sociale. Les logements dans de telles conditions sont considérés comme de simples lieux de résidence pour travailler, consommer et vivre ailleurs. Un exemple concret de requalification serait aussi de transformer des hectares de cimetière en un cimetière-jardin, s'inscrivant ainsi dans la tendance émergente de créer des îlots de fraîcheur pour faire face à l'augmentation inéluctable des températures. Ces mesures d'adaptation ne nécessitent pas forcément des coûts financiers insurmontables, mais elles exigent une volonté politique.


Il est devenu impératif de repenser l'ensemble du paysage urbain de Monteux en envisageant une "petite ville où il ferait bon vivre". En effet, le véritable progrès consisterait à adopter une vision novatrice de la ville qui réintègrerait le végétal et le monde vivant. Les parcs et espaces verts jouent un rôle essentiel pour créer une cité dynamique, cohésive et attrayante. Ils renforcent les valeurs démocratiques en offrant des lieux propices aux rencontres, aux échanges et à la convivialité.


La végétalisation des cours d'écoles et la préservation des arbres dans l’espace public et des rues sont par conséquent autant d’étapes qui doivent jalonner la revitalisation de notre tissu urbain. A cette condition, Monteux pourra façonner un paysage urbain plus intense, qui renforce l’attachement des habitants à leur cité.


Monteux Citoyens place la question du bien vivre parmi les priorités de l’action publique, et invite chacun à s'impliquer activement dans la construction d'une ville où la qualité de vie et le respect de l'environnement seraient au cœur des préoccupations. Ensemble, nous pouvons façonner un avenir urbain durable et épanouissant pour tous les habitants de Monteux.



173 vues0 commentaire

Posts récents

Voir tout

Comments


bottom of page