top of page

Monteux sous les eaux : les leçons à tirer.

Dernière mise à jour : 3 sept. 2023


Crédit image : Météo Sorguaise et Avignonnaise (vidéo de Mathias)


Ces dernières semaines, notre département a connu des orages d'été de forte intensité, provoquant des inondations à Monteux. Après un hiver marqué par la sécheresse, ces précipitations quasi-tropicales nous ont surpris. Certains d'entre vous se demandent si ces événements pourraient être une conséquence du dernier éditorial du Maire, publié dans le journal de juin, où il exprimait humoristiquement sa requête à Saint Gens : « Un petit miracle serait bienvenu ! eh bien voilà, il suffisait de demander : on a eu la pluie ! »


Ces inondations, en particulier le 12 juin, ont causé des dégâts et nous tenons à exprimer notre solidarité envers les citoyens touchés.


Il est important de mentionner quelques exemples des sinistres observés sur la commune: le gymnase du collège Silve inondé, des terrains de tennis intérieurs submergés, une crèche avec de l’eau dans ses locaux, l'eau pénétrant dans la mairie par les fenêtres, le nouveau restaurant grec de la Traversée des Arts inondé. Certaines routes se sont transformées en petites rivières…


Même si l'eau est l'un des éléments les plus difficiles à contrôler, nous devons nous interroger sur la capacité des constructions et infrastructures publiques à traverser honorablement de tels orages. Un état des lieux des causes de ces inondations doit être réalisé et rendu public en particulier sur les choix opérés des rénovations et d’urbanisation.

Pourquoi avoir implanté un complexe sportif Saint Hilaire en contrebas d'une route plutôt qu’en surélévation ?


De même, pourquoi le gymnase du collège fermé pendant plus d'un an pour des travaux de rénovation, n'est-il toujours pas étanche ?

Plutôt que de s’en remettre aux « miracles », prendre des mesures sensées semble la moindre des choses quand on gère le budget d’une collectivité de plusieurs dizaines de millions d’euros. La mise aux normes des structures ; l'entretien rigoureux du système d'assainissement, comprenant les grilles, les avaloirs, les caniveaux et les buses qui permettent l'évacuation des eaux. Cela concerne aussi celui de la Traversée des Arts pourtant objet de toutes les attentions municipales. Une photo prise il y a trois semaines révèle l'état inadéquat de ces infrastructures, obstruées par des granulats et envahies par la végétation.




Plus largement le développement durable « raisonné et raisonnable » consiste à prendre en compte les diverses contraintes et aléas : qu’il s’agisse d’évènements météorologiques (en premier lieu les orages d’été de type cévenols), de zones inondables, de cours d’eau, ou de la géologie des lieux (zones sismiques).


Sous cet aspect, Le Plan Local d'Urbanisme (PLU) devrait être plus prescriptif en matière de normes d'urbanisme et de développement durable.


Dans cette perspective, pourquoi avoir autorisé la construction d’un nouveau lotissement au début de la route de Pernes, alors que certaines maisons de l'impasse mitoyenne, Théophraste Renaudot, sont sujettes à des inondations lors d'épisodes pluvieux importants ?


De même, pourquoi chercher à développer Monteux à tout prix dans la plaine en direction d'Althen les Paluds, alors que ces terrains, idéaux pour l'agriculture, sont situés sur une plaine naturellement inondable (ancien bras mort de la Durance)


Autre contre-exemple de ce que la raison commanderait : la toute récente implantation du supermarché Aldi à Monteux : on observe là une concentration de revêtements bitumineux particulièrement favorable aux ruissellement des eaux de pluie (plutôt qu’à leur infiltration naturelle en cas de chute violente de pluie), qui se déverse ensuite sur la voie publique et transforme la route en rivière. A contrario en période de canicule ces revêtements ne font qu’accentuer la hausse des températures.


Pour densifier l'habitat, réduire le coût des infrastructures, limiter l'impact sur les espaces cultivables et favoriser l’infiltration des eaux de surface, de nombreuses solutions existent parmi lesquelles la remise en état des logements vacants.


Monteux n'en est pas à son premier épisode d’inondation il est étonnant que les solutions de long terme ne soient jamais réellement mises en œuvre.


Pour l'avenir de Monteux, il est urgent de changer notre approche dans la conception des projets et de cesser de compter sur des miracles. Il est temps d'adopter une méthodologie plus réfléchie, qui intègre pleinement les enjeux du développement durable, la préservation de nos ressources et les contraintes environnementales. En travaillant ensemble, en tenant compte des leçons apprises de ces inondations et en faisant des choix éclairés, nous pouvons construire une commune résiliente et durable, capable de faire face aux défis du futur.



579 vues0 commentaire

Posts récents

Voir tout
bottom of page