Voirie, Espaces publics, Bâtiments communaux: L’accessibilité pour tous !

Mis à jour : 7 janv. 2020


Toutes les communes doivent mettre en accessibilité leur territoire afin de créer une égalité entre tous les citoyens. Leurs permettre de faire valoir leurs droits, leurs chances et la citoyenneté des personnes handicapées.


Aujourd’hui, nous ne parlons plus de personne handicapée mais de P. M. R. (Personne à Mobilité Réduite). Cela prend en compte un plus grand nombre de catégories de personnes ayant des difficultés à se déplacer, notamment les femmes enceintes, les personnes âgées, les poussettes, les personnes mal-voyantes, les personnes en fauteuils roulants… On comprend bien que cela regroupe ainsi de nombreux citoyens à l’échelle de la commune.

Les espaces publics et la voirie doivent prévoir des cheminements de déplacements adaptés pour l’ensemble des individus afin de leur permettre de se déplacer de manière autonome ; qu’ils aient un degré de mobilité réduite par l’handicap, ou autres difficultés.


Règlementairement, toutes les collectivités avaient pour obligation :


- D’élaborer un agenda d’accessibilité programmée, appelé Ad’AP, au 31 décembre 2014. Cet ad’AP impose aux collectivités un rythme et un budget annuel de la mise en accessibilité du patrimoine, les Etablissements Recevant du Public (ERP), lui appartenant sur une période de 3 à 9 ans.


- D’élaborer un Plan d’Accessibilité de la Voirie et des Espaces Publics, appelé PAVE, avant le 31 décembre 2009. Ce PAVE permet aux collectivités de programmer l’accessibilité des espaces publics extérieurs sur plusieurs années.


Certes, du travail a été fait sur Monteux pour essayer de rendre accessible la voirie et les bâtiments communaux, mais nous sommes loin du compte. En effet, on peut se poser la question de savoir si le calendrier de l’Ad’AP est bien respecté quand on voit l’accès à certains services plus que nécessaire (on pense facilement au service jeunesse ou au CCAS entre autres) Il ne reste plus que 4 ans à la ville de Monteux pour rendre accessible ses ERP… sous peines de sanctions de l’état. On peut aussi se demander si les travaux d’accessibilité de la voirie sont dans le rythme de la planification du PAVE …


On le voit aux nombreux obstacles qui entrave la mobilité rendu pénible, décourageante voire dangereuse. Les personnes à mobilité réduite doivent pouvoir sortir de chez elles et vaquer à leurs occupations, se rendre sur leur lieu de travail, de loisirs, chez un médecin, un commerçant sans se mettre en péril lors de leur déplacement. Il faut penser aussi à bien entretenir les cheminements sécurisés créés ces dernières années en évitant par exemple de laisser la végétation envahir ces espaces.


Les exemples des difficultés que les PMR peuvent rencontrer dans leur vie de tous les jours pour se déplacer en toute sécurité sont nombreux sur Monteux :


Les voies de circulation :

· Chemin St Gens. Pas de trottoirs, chaussée défoncée.

· Chemin de Saint hilaire, entre les terrains de football et le complexe sportif, sans trottoirs, avec des voitures qui se garent de façon anarchique les jours de compétitions.

· Bds Commandant Bertier, Althen des Paluds. Chaussées et trottoirs abimés, pas ou peu de bateaux, étroits par endroit.


Les places, squares, parcs.

· Place Béraud. Place de stationnement supprimée.

· Parc Notre Dame. Sale, dangereux.

· Square Barbusse. Un accès peu pratique.

· Place de la glacière. Des bancs peu confortables.

· Square Belle Croix. La végétation et les gens qui profitent du banc rendent la mobilité impossible.


Cheminements piétonniers :

· Avenue d’Allemagne. Végétation débordante.

· Pont de l’Auzon. Bacs fleuris gênant le passage.

· Pont de la Sorguette. Infranchissable en fauteuil roulant. Très dangereux.

· Passage protégé. Certains sont partiellement effacés.

· La route de Velleron, D31, entre l’allée de Breynat et le chemin de Saint Hilaire, sans passages surbaissés (bateaux) et avec de nombreux potelets sur les trottoirs peu large ne permet pas aux piétons de se déplacer en toute sécurité.

· Le chemin de de la plaine et sa végétation qui déborde sur le cheminement piétons sécurisé par des barrières…


Les commerces et cabinets médicaux.

Pas toujours accessibles tout comme certains bâtiments publics et associatifs.


Les logements dits « sociaux »

attribués à des P.M.R. qui doivent les faire équiper car ils sont inadaptés.


le manque de stationnements handicapés

Trop peu... ou supprimés... manque de contrôle policier car trop souvent occupé dû à l'incivisme !


Tout le monde a des exemples à donner sur le non-respect des règles de base pour l’accessibilité que l’on soit chauffeur, piéton ou P.M.R.


Il existe une commission de l’accessibilité, un service urbanisme, avec un élu, on imagine bien qu’ils doivent se concerter, établir des états de lieux, etc. et on voit émerger des bâtiments collectifs, des habitations individuelles peu conformes, des voies entièrement reconstruites alors que de simples travaux pourraient améliorer très sensiblement le quotidien de tous nos montilien-ne-s.


L’accessibilité a un coût non négligeable pour les collectivités, il ne faut pas se le cacher. Mais il ne faut pas que l’argent passe avant la sécurité de tous. C’est pourquoi, il faut la programmer dans le cadre des agendas citées précédemment et que la commune et la communauté de communes prévoient une enveloppe budgétaire spécifique chaque année pour l’accessibilité des bâtiments, de la voirie et des espaces publiques. Il est important aussi que la ville de Monteux et les Sorgues du Comtat rendent comptes des travaux réalisés en fin d’année dans ce domaine. C’est de cette façon que nous pourrons en faire une priorité.

85 vues0 commentaire

Posts récents

Voir tout