Economie locale : l’heure du bilan

Mis à jour : 31 déc. 2020



Dans le prolongement de l’article sur les finances de la ville, nous vous proposons un article sur l’économie à Monteux et notamment son dynamisme, si souvent mis en avant.

En matière d’économie, l’impact des mesures prises s’analyse sur des cycles longs.

L’heure est donc au bilan.


Tout d’abord, l’état des lieux fait sur la situation financière de la ville donne une bonne photographie de la gestion des deniers publics. Avec une dette importante (pour rappel 12,46M€), des annuités de remboursement qui représentent 500 K€ et un fond de roulement (2,58M€) qui couvre à peine 3 mois de fonctionnement, la marge de manœuvre de la commune n’est pas rassurante. Cette dette est une entrave à toute politique d’investissement.


Monteux est une ville stratégiquement et géographiquement très bien placée. Certes, mais comme toutes les communes se situant à 10 kms de l’autoroute sur l’axe Lyon-Marseille. Et elles sont nombreuses…


Or quelles sont les réalisations de ces 30 dernières années pour rendre Monteux attractive ? La réponse est simple : un lac artificiel et une traversée des arts.


L’attractivité et la performance sont les 2 piliers de la politique économique d’une ville !

Nous vous proposons d’analyser la gestion de l’équipe sortante sur 2 axes (Economie solidaire / publique et Développement économique des entreprises) et à travers 2 exemples : le Centre ancien et les entreprises…


1/ Économie et rénovation du Centre Ancien


Monteux n’échappe pas à la règle des centres-villes qui se morfondent, périclitent comme dans beaucoup de villes de taille moyenne. Les raisons sont nombreuses, nous n’allons pas y revenir, avec pour corollaire la fermeture des commerces et des maisons inhabitées qui se dégradent.


Quelle a été l’approche de la mairie ? Pour améliorer l’attractivité du centre-ville, elle a préempté plus de 75 maisons et créé une Traversée des Arts à travers l’association « Monteux cœur de ville ». L’objectif étant de dynamiser le centre en soutenant le commerce et l’installation d’artistes et d’artisans grâce à des loyers modérés.


Dix ans se sont bientôt écoulés depuis le lancement de ce vaste projet, il est maintenant temps de tirer un bilan et d’analyser la performance.


A/ Monteux Coeur de Ville


Avec une subvention de 25000 €, Monteux cœur de ville doit gérer la traversée des arts et … les événements aux Lac de Beaulieu. A travers les informations glanées, il apparaît que les moyens sont concentrés sur Beaulieu et le « cœur de ville » est délaissé.


Les comptes de l’association ne sont pas déposés. Il est donc impossible de connaître son budget total, ses résultats. Par contre il est évident que pour une ville de 13000 habitants, la vocation première de cette association n’est pas respectée, les moyens insuffisants.

D’autres associations devraient être mobilisées dans un tel projet : les commerçants à travers l’UCAM, le comité des fêtes, les associations culturelles …


B/ Ateliers d'artistes et artisans d'art


Fin 2019, la TDA comptait 15 ateliers ! 10 ans … pour 15 ateliers.

Au regard des investissements consentis (selon notre estimation au moins 6 millions pour les simples préemptions et travaux) le bilan est plutôt négatif.


Les travaux de rénovation actuellement en cours entre la Place Reynaud et la Place de la République doivent permettre de presque doubler le nombre d’ateliers.

A quel prix et pour quels résultats ? Nous souhaitons dorénavant la transparence sur les montants engagés et les résultats économiques obtenus.


C/ Conclusion


Le constat est donc le suivant :

Quel est le ratio du nombre maisons achetées par la mairie dans le centre par rapport au nombre de rénovations depuis 10 ans ?

Quelle est la fréquentation de la Traversée des Arts ?

Quel autre commerce a perçu le dynamisme du centre et est venu s’installer en misant sur l’avenir ? Aucun.

Combien d’artistes vivent aujourd’hui de leur travail grâce à la fréquentation dans la Traversée des Arts ? Aucun.

La Tour Clémentine et ses abords ont-ils été rénovés pour améliorer l’attrait touristique ?


Si vous vous êtes baladés le week-end dans le centre, vous avez une idée précise de la réponse, certains habitants du quartier l’ont tristement renommée La Traversée du Désert!


Les choix étaient bons, les moyens insuffisants, la stratégie choisie obsolète.


Il aurait été plus judicieux :

- de miser sur d’autres structures juridiques (type SPL ou SPLA) qu’une forme associative, afin d’accélérer les rénovations. (C’est d’ailleurs cela qui vient d’être voté bien tardivement lors d’un conseil communautaire de l’automne…)

- d’intégrer dans le projet des valeurs sociales, d’économie circulaire et environnementales

- multiplier les événements dans le centre pour créer du “passage”


Au lieu de cela, on se retrouve avec un projet bancal, sans cadre, sans vision, on saupoudre les moyens et par conséquent pas de résultat. Il est temps de revoir le projet Centre ancien dans toute sa dimension : patrimoine, écologique, économique.


2/ Développement économique : Les entreprises


Au XXIème siècle, certains pensent encore qu’il suffit simplement de disposer d’atouts géographiques, de zones d’activités et d’éloquence pour attirer les entreprises et créer de l’emploi.


Et bien non, ce n’est plus le cas. Nous sommes dans un contexte de concurrence entre les villes, les intercommunalités, les départements, les régions.


Qu’est-ce qu’un chef d’entreprise recherche aujourd’hui pour implanter son entreprise ?

Nous ne sommes plus sur des critères géographiques, de prix, de subventions, ou autre, qui sont juste des prérequis pour son installation.


Un chef d’entreprise recherche de l’attractivité pour son activité et pour ses salariés. Pourquoi ? pour stabiliser son écosystème, pour valoriser son environnement, pour pouvoir recruter et fidéliser des collaborateurs. Et ces derniers y regardent à deux fois avant de bouger …


Ces éléments immatériels, qui font la différence au moment de s’installer, sont la politique sociale de la ville (infrastructures, services, scolarité, formation des adultes, loisirs, culture, …), la politique environnementale, les actions engagées et le bien vivre ensemble.

Sans développer chaque point, le constat sur ces 15 dernières années est que Monteux n’a pas rattrapé son retard. Bien au contraire, le fossé s’est creusé avec d’autres communes plus dynamiques.


Alors, parlons de performance !

Il suffit d’analyser les chiffres disponibles sur le site des Sorgues du Comtat.

Monteux dispose de 4 zones d’activité (Tapy, Beauchamp, Escampades, Perussier) et Beaulieu.


Soit un total de 213 hectares, 180 entreprises et … 1613 emplois !

Par comparaison, La zone d’activité du Plan sur Entraigues sur la Sorgue, voisine de notre commune, engendre 1500 emplois sur seulement 100 hectares soit un ratio emploi/hectare aménagé fortement plus important (8 emplois/hectare pour Monteux contre 15 emplois/hectare sur la zone du plan à Entraigues).


Tout n’est pas à jeter dans ce que fait la municipalité pour les entreprises mais ce constat démontre que la politique de développement économique actuel n’est pas forcément la meilleure pour attirer les investisseurs et créateurs d’emplois pérennes. Certes, nous avons les parcs d’attractions, mais ils ne sont pas générateurs d’emplois durables. En dehors des emplois saisonniers, les contrats à durée indéterminée tant proclamés ne sont pas au rendez-vous.


On le voit bien, en dehors des entreprises déjà implantées, les investisseurs restent frileux à l’idée de s’installer sur Monteux. Prenons par exemple le fameux hôtel comprenant un SPA et un restaurant étoilé au bord du lac, depuis 2014, ce projet est dans les cartons… en train de prendre la poussière, s’il n’a pas pris l’eau ! Évidemment, on nous dira que l’entrée Nord de Beaulieu va vite se développer. Sans revenir sur notre article concernant ce sujet, il y a fort à parier que les activités qui vont s’y développer vont rentrer en concurrence des commerces du centre-ville.


Début 2019, la communauté de communes les Sorgues du Comtat a transféré la gestion des lots invendus de Beaulieu et les parcelles aménageables de la zone des Mourgues à la SPL Territoire Vaucluse, s’interdisant ainsi d’avoir la maîtrise complète des aménagements et la sélection des entreprises porteuses d’emplois pour notre territoire. Espérons que les choix soient les bons et que les emplois durables soient enfin là. Ce tour de passe-passe, par ailleurs légal, à la veille des élections municipales, sans en informer les citoyens, nous interroge…


En conclusion.


On peut faire ainsi constat d’un manque de visibilité sur le long terme pour le développement économique de notre ville, que ce soit en périphérie ou dans notre cœur de ville. La municipalité sortante a misé sur les parcs d’attractions avec le démarrage des travaux de Beaulieu mais n’a pas su rebondir depuis. Pour créer de nouveau une attractivité de notre territoire, il faut savoir innover, intégrer la composante écologique et mettre en avant les outils qui permettront demain de faire rayonner Monteux.


Malgré une idée de base qui était bonne à la création de la traversée des Arts, 10 ans en arrière, le résultat n’y est pas aujourd’hui et la municipalité s’entête dans cette voie. Il faut repenser l’attractivité du centre ancien sans pour autant laisser tomber la traversée des arts.

Pour sortir de l’impasse, des solutions existent et méritent d’être étudiées en profitant du foncier acquis au fur et à mesure des années par la ville.


Notre projet prévoit l’accompagnement des commerces dans l’air du numérique et la volonté de faire revenir la vie en journée dans notre centre ancien, donner aux familles l’envie de venir s’y promener et de passer des instants aussi agréables qu’au lac de Monteux.

Notre projet tournera autour des valeurs sociales, environnementales et économiques que nous développons déjà depuis plusieurs mois.

Notre projet se tournera aussi vers la revalorisation de notre patrimoine qui est délaissé depuis de trop nombreuses années, le tourisme à Monteux ne doit pas se limiter au lac et ses parcs d’attractions, la culture doit y prendre sa place !


Sans développer notre programme, nous visons le cœur de ville de demain, la VILLE 2.0 !

Choisir pour une politique économique claire, pilotée par une municipalité qui soit connectée à l’opérationnel, voilà un des challenges que les Montiliens devront relever lors des prochaines élections.


La liste ‘’Monteux Citoyen’’ a des propositions concrètes et entend peser sur ces débats.

Nous vous soumettrons nos propositions dans notre programme début mars.




Sources :

site du gouvernement / site des Sorgues du Comtat / site de Monteux / site Monteux cœur de ville / site La Traversée des Arts / site de la Cour des Comptes

210 vues1 commentaire